Les tribulations d'un français en Chine : Troisième partie

Publié le par Apprenti Juriste

Nous nous rendons en métro sur l'ile de Lantau pour voir ce qu'ils appellent le «  big budha ». C'est une statue de boudha construite en haute d'une (petite) montagne de l'ile, par laquelle il est possible d'accéder en télécabine, ce que nous faisons. A hong-Hong, tout est objet à faire du « business » et la foi ne fait pas exception à ce principe. Les urnes à don sont disposées partout, et autour de la statue se trouvent une foule de magasins touristiques vendant des objets n'ayant pour la plupart strictement rien à voir avec le Bouddhisme.

Le soir, je découvre la vie nocturne Hong-Kongaise en commençant par le quartier de Lan Kwai Fong. C'est un quartier avec des bars à perte de vue. L'ambiance est apparemment joyeuse mais en fait, de mon point de vue, un peu malsaine. En fait, Hong-Kong est un endroit dans lequel les jolies femmes pauvres viennent de toute l'Asie pour trouver un (occidental) riche. Ce qui fait que dans un certain nombre de bars, votre potentiel de séduction ne dépends pas vraiment de votre physique ou de votre conversation mais de votre physique d'occidental et du nombre de coupures que vous pouvez aligner. Ainsi il n'est pas rare de trouver un septuagénaire chauve, gâteux avec un filet de bave qui coule de sa bouche pateuse au coté de deux merveilleuses créatures. Je n'irai pas jusqu'à dire que ces demoiselles sont intéressées par autre chose que par le charme naturel de ce vieil homme mais reconnaissez que le doute est permis !

Ceci dit, il faut voir le verre à moitié plein, se promener dans un quartier rempli des femmes les plus belles d'Asie, loin d'être habillées en bonnes sœurs, et que votre couleur de peau suffit amplement à séduire fut pour l'homme que je suis une expérience plutôt agréable.

Publié dans Voyage en Chine

Commenter cet article

Audrey 24/08/2009 19:29

je suis toute à toi au prochain commentaire :)