Ossétie ? A vos souhaits !

Publié le par Apprenti Juriste

J’écris aujourd’hui pour vous parler d’une question de géopolitique internationale (et oui rien que ça !). L’Ossétie est une province à la frontière entre la Russie et la Géorgie. Elle est séparée en deux parties : la partie nord appartient à la Russie et la partie Sud appartient à la Géorgie mais abrite une mission de la paix Onusienne. Les sudistes souhaitent être rattachée à la Russie et former ainsi une enclave Russe en territoire géorgien. Mais les géorgiens tiennent à ce territoire qu'ils considèrent comme le leur. De plus, on peut aisaiment comprendre le ressentiment des géorgiens qui auraient sur leur territoire une enclave appartenant à un pays ennemi. Enfin, juste au sud de cette zone passe un pipeline. Celui-ci, BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) de son pti nom, a été construit à grands frais par BP et achemine pétrole et gaz à l’Est de la Méditerranée.

Pour rajouter à la tension ambiante, la Géorgie se rapproche de l’occident et souhaite en particulier adhérer à l’OTAN. Ce qui n’est évidemment pas du gout des Russes. L’article 5 de la charte de l’OTAN qui est l’un de ces articles impose en cas d’attaque d’un des membres la riposte de tous les membres de l’alliance. Cela pose un sérieux problème à la Russie. Si la Géorgie rejoint l’OTAN, ils ne pourront plus intervenir en territoire géorgien à moins de risquer une guerre mondiale.

Fait surprenant, des forces Russes ont été choisies pour intervenir en Ossétie du sud comme force de médiation. Comment une des parties du conflit peut-elle constituer une quelconque forme de médiation ? … Cela reste un mystère !

Quoi qu’il en soit, cette force de « médiation » harcèle les géorgiens depuis des mois pour les « pousser à la faute ». Or, les géorgiens ont fini par craquer, le 9 aout dernier ils ont été à l’initiative de frappes contre ces forces Russes de « médiation ». On voit ces frappes sur cette image, pour les autres légendes, passez votre souris sur l'image.

Les Russes qui n’attendaient que ça ont sorti les grands mots. Dimitri Medvedev (Président Russe) a déclaré : "La manière dont ils ont agi du côté géorgien ne peut être qualifiée autrement que de génocide, parce que ces actions ont pris un tour massif et étaient dirigées contre certaines personnes, la population civile, les forces de maintien de la paix qui ont rempli leur mission de paix dans la région" .

Mais ils ne se sont pas arrêtés aux mots, ils ont aussi sorti les grands moyens. La lutte de l’armée géorgienne contre l’armée rouge est évidemment déséquilibrée.
Les objectifs des Russes étaient nombreux : montrer leur puissance pour s’affirmer sur la scène internationale, accéder au pétrole de la mer caspienne, déstabiliser le gouvernement de Michail saakachvilli (Président Géorgien) auquel Vladimir Poutine (premier ministre Russe) voue une haine tenace et enfin accroitre l’influence de la Russie sur les ex satellites de l’URSS. Leur offensive militaire est un exemple d’efficacité.
















En quelques jours les défenses terrestres aériennes et maritimes géorgiennes sont anéanties. Les Russes lancent l'offensive terrestre: les fameuses colones de blindés.

La Géorgie a donc abandonné l’idée de renforcer son autorité sur l’Ossétie du Sud et tente maintenant de survivre.
Elle a donc proposé à de nombreuses demandes un cessez le feu aux Russes. Les Russes sous l’impulsion des Etats-Unis et de l’Union Européenne ont fini par signer un accord de cessez le feu qui prévoit le retour des forces armées à leurs positions initiales.
Seulement ils n’ont pas cru bon de respecter cet accord. Sous prétexte de « sécuriser la zone avant leur départ » ils ont continué leur offensive qu’ils ont même intensifiée.

J’ai discuté avec un ami d’origine géorgienne qui à vécu la situation de l’intérieur puisqu’il à du être rapatrié par l’armée française alors qu’il avait prévu de passer des vacances sur place. Il m’a révélé quelques anecdotes qui en disent long sur ce que sont les conflits armés au XXI ème siècle. Il m’a ainsi décrit de déroulement d’un assaut de l’armée Russe.

Dans un premier temps l’aviation détruit toute protection éventuelle de la ville. Puis des colonnes de blindés entrent. Les distributeurs de billets sont détruits et pillés. Les soldats font de même avec les maisons dont ils pillent tout. Ainsi on retrouve sur la version russe d’eBay des toilettes ou des lavabos pris dans les foyers géorgiens. Ensuite des maisons sont brulées, les populations malmenées dans tous les sens qu’on peut donner à ce mot. Enfin les blindés repartent vers d’autres villes.
Pendant ce temps la tous entendent les avions bombarder nuit et jour sans ne pouvoir rien faire que fuir. Il est souvent difficile de s’extraire de sa situation pour se mettre à la place de quelqu’un d’autre mais imaginez vous un instant tapis dans votre cave, avec une seule chose à faire : penser. Penser aux vôtres dont les maisons seront détruites, pensez à tout ce que vous avez passé votre vie à construire et qui pars en fumée, penser à ce qui pourrait vous arriver…
Voilà ce que Dimitri Medvedev entends par « sécuriser » la Géorgie. Je suis persuadé qu’à l’heure actuelle les géorgiens se sentent très en sécurité !

Par la suite les Russes ont gardés leurs positions tout en surveillant les réactions de part et d'autres. Pour l'instant aucun geste significatif n'a été fait augurant la fin de la guerre.


Ce conflit augure de ce que sera la géopolitique internationale de XXIe siècle : des guerres du pétrole, l’affirmation des géants Russes et Chinois en tant que puissances militaires capables d’envahir des pays entiers pour leurs objectifs personnels, rôle jusqu'à présent réservé aux Etats-Unis. Alors qu’on se méfiait du coté va-en-guerre de l’américain moyen, on imagine à peine la détermination des Russes et Chinois moyens gonflés à bloc par la propagande de la télé unique.


Sources : 20 minutes, le figaro,
historicoblog (article très bien écrit et abondamment illustré), le monde diplomatique, courrier international, l'article anglais de wikipedia

Publié dans actualité

Commenter cet article

L. Suster 12/09/2008 01:37

Soyons jeunes, soyons passionnés. Oublions le politiquement correct.=> Maitre Vergès, sortez de ce corps!Osons être l'avocat de la terreur. Osons défendre cette Russie eternelle, qui bravant les temps, oubliant la mondialisation ces ONU USA UE, s'avance avec ses sabres et ses tanks pour se défendre se repositionner dans ce vaste espace mondial terne et vide de sens. Osons défendre Poutine qui a su restaurer la fierté nationale et l'ordre publique. Cet homme qui a su replacer son pays dans la droite ligne de son destin de superpuissance. Plus de démocratie certes, mais une nation soudée, une cohesion nationale retrouvée, une croyance en l'avenir. Anéanti le libéralisme économique, imposé par l'occident du temps d'Eltsine certes, mais un ordre économique retrouvé, une croissance profitable pour tous.La Russie est de retour (cf Le Retour de la Russie de Vladimir Fedorovski) et cela nous fait peur. Sommes nous devenus si faibles et si laches?Non maitre Tsnobiladzé, les peuples ne suivent pas leur guide aveuglement et indéfiniment, sans en partager une meme vision, une meme ambition. Les médias ne les fomatent pas, ils sont formatés pour suivre, ou le cas échéant, si rare pour cause de faiblesse humaine, pour se révolter.Soyons fous mais soyons honnètes. La position médiane est nulle en politique/diplomatie. Accusons avec force et idéologie cette tempete militaire dans un monde que nous souhaiterions apaisé (à défaut apaisant), ou saluons la renaissance de la Russie de Toujours.

Apprenti Juriste 19/09/2008 13:00


Cette position est certes défendable mais elle a comme tout position ses faiblesses. D'abord il ne faut pas avoir l'image d'un peuple Russe uni comme un seul homme derrière son guide. Il existe de
graves problèmes de société, de graves inégalités dont beaucoup sont conscients. Seulement les médias arrivent à faire penser à tous ces mécontents qu'ils sont une faible minorité et ainsi ils
n'osent pas exprimer publiquement leur opinion qui donnerait une possibilité au changement. La Russie flambe ses reserves sans construire une véritable économie, l'apparition de la classe moyenne
pourrait être beaucoup plus rapide et marquée.
Economiquement la gestion de la raison de la Russie est mauvaise. Si Poutine a su restaurer la fierté des Russes, il est loin d'avoir un bilan parfait sur les autres plan.

Quand à la politique internationale, Poutine ne fait pas que donner une place plus importante à la Russie, il amène de la tension dans la politique internationale. La manière avec laquelle la
Russie s'est moquée du monde pendant tout l'été est irresponsable. Bien sur nous ne risquons pas une troisième guerre mondiale à cause du conflit en géorgie. Mais les gouvernements Russes du moment
installent un climat de tension qui s'aggrave de mois en mois. Les pays occidentaux ne feront rien jusqu'a ce que la coupe déborde et à ce moment la rien de bon ne sortira.

Pour conclure, la Russie a une attitude qui se veut fière mais pas nécessairement responsable.


Stéphane Mantoux 10/09/2008 17:10

Bonjour,Merci de m'avoir cité dans votre billet.Je reviendrai plus tard pour parcourir plus avant votre blog.A bientôt !Stéphane Mantoux.

Paul 09/09/2008 19:22

Bravo Nicolas pour ce très bon article! Qq précisions tout de même, le pipeline BTC ne passe pas dans le territoire ossète, ms en est à qq dizaines de km, mais il a été l'objet de bombardements pour démontrer la non-fiabilité de cette route du pétrole! La remarque est très juste sur la présence des forces de "paix" russes, qui sont à la fois juges et parties dans ces régions, ce qui doit te dire quelque chose à toi le juriste! Imaginons que nous ayons confié aux serbes le maintien de la paix au Kosovo par ex!!! Il faut aussi ajouter que les populations de ces enclaves indépendantistes ont été complètement contrôlées par la Russie, puisque les postes clé de leurs gouvernements sont confiés à des Russes, et que la population a reçu des passeports russes en échange de retraite supplémentaire! Il est très juste aussi de rappeler à quel point la population russe est aveuglée par les media, tous contrôlés par l'Etat, et dont le discours ressemble fort à la bonne époque brejnevienne! Cela montre bien que même dans un monde ouvert où il y a accès à d'autres sources d'information, on peut facilement modeler l'opinion d'une population à son envie...