Ou sont donc passées les trois conditions ? !

Publié le par Apprenti Juriste

C'était au début de mois d'avril, notre président bousculé de toutes parts, rendu responsable du manque de croissance, de la baisse du pouvoir d'achat, de la météo maussade ainsi que des mauvaises récoltes de pommes trouvait une porte de sortie avec la politique étrangère.


La France, pays des droits de l'Homme allait remettre de l'ordre dans ce monde rempli par les Etats voyous et ceux qui les cautionnent. Du haut de nos 60 millions d'habitants, nous nous apprêtions à poser des CONDITIONS au gouvernement chinois représentant d'un terrien sur cinq !

Cela sortait de la bouche même de Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme. Elle évoque la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques : "Trois conditions sont indispensables pour qu'il s'y rende : la fin des violences contre la population et la libération des prisonniers politiques, la lumière sur les évènements tibétains et l'ouverture du dialogue avec le dalaï lama".

Pékin a donc du se plier aux volontés de notre diplomatie, je ne vois pas d'autre explication ! En effet, si les conditions n'avaient pas été remplies, notre président plein de volonté n'aurait pas manqué de mettre ses menaces à exécution.

Je suis donc ravi de vous apprendre que la population chinoise n'est plus victime d'aucune violence de quelque sorte que ce soit. J'imagine que vous éprouvez le même soulagement et la même fierté que moi. Notre patrie des droits de l'homme a mis un terme à cette situation abominable !

Je suis ravi d'informer les familles des prisonniers politiques que leurs proches injustement emprisonnés et maltraités seront bientôt de retour chez eux.

Je suis ravi d'informer les milliers de tibétains torturés et les familles des centaines exécutés que la lumière a été faite sur cette tragédie et que leur gouvernement accepte pleinement sa part de responsabilité.

Enfin je suis ravi d'informer le dalaï-lama que le dialogue tant espéré avec le "président" chinois va bientôt avoir lieu.

C'est dans ce genre de moments que je suis fier de mon pays, fier de faire partie de cette nation dont la parole est ferme et sur laquelle le chantage économique n'a aucun effet quand il s'agit de protéger des vies humaines.

Publié dans Politique

Commenter cet article